Contexte de la collaboration

La solution Generative Objects est utilisée par la DSI et les Directions Métiers DCNS afin de réaliser en co-conception plusieurs applications métiers collaboratives et multi-sites.

Extrait d’un entretien réalisé avec Laurent Henriet, responsable Architecture chez DCNS, réalisé dans le cadre de l’Observatoire de la relation Grand Comptes / PME Innovantes de l’IE Club (juillet 2014).

Pourquoi avoir choisi Generative Objects ?

La rencontre entre Generative Objects et DCNS s’est passée un peu par hasard, dans le cadre de la veille technologique. Nous avons vu côté DCNS des cas d’usage qui nous semblaient extrêmement pertinents de l’utilisation de la technologie de Generative Objects.

Un des avantages de travailler avec une entreprise comme Generative Objects est la réactivité que nous avons en face de nous. C’était un des enjeux des projets que nous avons menés, nous avions besoin de cette réactivité, et Generative Objects a vraiment su répondre à cette attente.

C’est donc le point essentiel, au-delà du logiciel, au-delà des compétences des personnes : c’est vraiment cette réactivité qui est importante. Pour avoir cette réactivité, il a fallu que nous, côté DCNS, nous ayons l’ouverture d’esprit d’aller voir une petite entreprise, ce qui n’est pas forcément dans les canons habituels des grosses entreprises.

Comment se sont déroulés les projets ?

Pour notre premier projet ensemble, l’objectif était véritablement d’aller le plus vite possible. Les équipes de Generative Objects ont donc adopté un mode de travail qui permet d’aller vite, et nous avons adopté ce mode aussi.

Il y a vraiment un point qui nous semble essentiel pour aller vite, et c’est ce qu’on appelle la co-conception. C’est-à-dire que les équipes de Generative Objects ont travaillé directement avec les personnes du métier pour produire extrêmement vite un premier résultat de maquettage, qui a permis de valider le concept et ce qu’on voulait faire, et ensuite ont réalisé une application en un mois. Ce sont donc des délais extrêmement courts, qui étaient notre demande au départ.

Retrouvez l’intégralité de cet entretien en vidéo (sous-titres disponibles).